Le Service Civique, un engagement pour l’environnement

Publié le 12/12/2017

La Journée mondiale du climat comme le One Planet Summit nous rappellent l’urgence de la protection de l’environnement. Or, cette coordination indispensable ne saurait réussir sans l’implication concrète et locale de chacun d’entre nous. A cet effet, le Service Civique propose des milliers de missions sur tout le territoire et permet à la jeunesse de s’engager pour la planète.

Faire confiance aux acteurs de terrain

Organisations publiques, collectivités territoriales, fondations et associations, nombreux sont les acteurs engagés dans les problématiques environnementales qui œuvrent au quotidien à l’avènement d’un monde durable. Parallèlement, de nombreux jeunes sont conscients de l’importance des défis climatiques et ont à cœur de les relever. L’environnement est l’une des thématiques suscitant le plus de vocations d’engagement.

Le Service Civique s’attache à accorder cette volonté d’engagement de la jeunesse à la diversité des initiatives locales. Les types de missions proposées par les différents organismes couvrent un large spectre d’actions, de la sensibilisation des ménages précaires à la rénovation thermique à l’aménagement paysager, en passant par l’éducation au respect de la nature dans les écoles.

S’engager c’est agir en multiplicateur

Le point commun de la majeure partie des missions de Service Civique touchant à l’environnement est le partage, d’information, de connaissances, d’expériences ou simplement de moments particuliers. L’accent est mis sur la sensibilisation, considérée comme le vecteur le plus efficace d’actions en ce qu’il permet de démultiplier les comportements vertueux.

Les volontaires œuvrent ainsi à la sensibilisation à la protection de la biodiversité, qui inclue l’observation, la préservation et la promotion d’espaces naturels, mais également à la sensibilisation à la responsabilité citoyenne en matière environnementale. Ils forment aux eco-gestes, valorisent des jardins partagés, le patrimoine naturel ou éduquent à la lutte contre la pollution.

Ainsi, les volontaires en Service Civique font vivre la protection de l’environnement dans les territoires en la diffusant de façon très concrète auprès des citoyens.

« Les volontaires créent du lien social au service du développement durable »

Le département du Bas-Rhin a recours à des volontaires en Service Civique dans le cadre de la lutte contre la précarité énergétique comme en témoigne Christine Fraleu leur tutrice pour le compte du Conseil départemental.

Pouvez-vous nous décrire rapidement la mission des jeunes volontaires ?

Ils jouent un rôle précieux ! Ils interviennent auprès des ménages en situation de précarité énergétique, qui ont du mal à payer leur facture d’énergie, pour les sensibiliser aux eco-gestes. C’est un premier levier extrêmement important qui fait rapidement diminuer la consommation d’eau et d’énergie, donc les factures.
C’est d’abord un travail d’observation, ils sont aux côtés des ménages pour analyser leurs habitudes, et leur habitat, afin de leur prodiguer des conseils appropriés et faire remonter l’information lorsque le bâti est dégradé. Ils jouent donc également un rôle d’alerte et d’amorce du processus de rénovation thermique.
Par leur présence, les volontaires créent du lien social au service du développement durable.

Que retirent-ils de leur engagement ?

Sans prétendre parler à leur place, je dirais qu’ils concrétisent quelque chose qui a du sens pour eux. Ils œuvrent concrètement à la préservation des ressources, ils développent une expertise de la transition et de la rénovation énergétique. Pour en former d’autres, ils deviennent eux même des eco-citoyens.
De plus, c’est souvent un premier contact avec le monde professionnel. Ils côtoient des travailleurs sociaux, des professionnels de l’énergie, de l’habitat, de l’environnement cela leur permet d’affiner leurs propres parcours, de se créer un réseau, de gagner en autonomie et en confiance. A titre d’exemple, deux volontaires de l’année dernière ont trouvé un emploi dans le secteur de l’économie d’énergie à la suite de leur Service Civique.

Quel impact sur l’action du Conseil départemental ?

C’est une aide bienvenue, ils ont effectué plus de 460 visites auprès des habitants depuis quatre ans, mais c’est également une force de proposition. Grâce à leur regard neuf, à leur esprit de service, à leur sens du collectif, ils prennent parfois des initiatives auxquelles nous n’avions pas pensé. Ils ont ainsi développé différents outils originaux d’information et de sensibilisation, notamment un jeu. Ils partagent une belle vision de l’engagement, aussi bien personnel, professionnel qu’humain.