CREDOC

Lors du premier trimestre 2015, le CREDOC* a mené une enquête sur « l’engagement des jeunes dans la vie de la cité » pour la DJEPVA (Direction de la Jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative), l’Observatoire de la Jeunesse et l’Agence du Service Civique.

Près de 50% des moins de 30 ans se disent prêts à s’engager, 80% d’entre eux sont bénévoles dans le monde associatif ou envisageraient de le devenir. Le Service Civique, une autre voie d’engagement pour ces jeunes, est perçu très positivement par 94% des Français.

L’engagement des jeunes de moins de 30 ans, levier d’insertion sociale

Les Français de moins de 30 ans sont engagés dans le monde associatif : 42% sont adhérents d’une association, 31% donnent de leur temps bénévole au sein d’une association, 58% ont une relation d’entraide régulière avec leurs voisins. Près de la moitié des jeunes se dit prêt à s’engager, portant à près de 80% la part des moins de trente ans qui sont bénévoles ou pourraient envisager de le devenir. Enfin, 95% des jeunes identifient une cause pour laquelle ils auraient envie de s’engager (contre 88% des trente ans ou plus). Pour les Français, d’une manière générale, l’engagement des jeunes est un levier d’insertion sociale, un vecteur au développement de valeurs citoyennes et au renforcement de la cohésion sociale, qui participe ainsi à la vie démocratique.

Le Service Civique, un engagement utile pour la jeunesse à renforcer pour la majorité des Français

Créé en 2010, il a déjà permis à 110 000 jeunes de s’engager dans des missions d’intérêt général depuis sa création. Pour la population française, il occupe une place importante dans l’engagement social de la jeunesse. En effet, 94% des Français sont favorables au Service Civique et y perçoivent des avantages. Parmi les premiers avantages cités sur une liste de 7 propositions, arrivent en tête l’acquisition d’une première expérience utile pour le jeune engagé (plus d’un tiers des réponses, dont 39% des jeunes inactifs ou étudiants) et la transmission de valeurs telles que la solidarité et l’engagement (29%, dont un jeune sur quatre parmi les diplômés de niveau BAC et au-dessus).

Le Service Civique, un dispositif « gagnant-gagnant » pour tous

Six Français sur dix citent comme premiers avantages des effets positifs en termes d’insertion et d’épanouissement personnel pour le volontaire. Un tiers des Français interrogés valorise les effets positifs du Service Civique pour la société ou pour les structures accueillantes.
83% des Français estiment que les pouvoirs publics devraient donner plus d’ampleur à des dispositifs comme le Service Civique pour favoriser la cohésion sociale. La part des Français interrogés, favorables au Service Civique, est d’autant plus importante (+4 points) après les attentats de janvier 2015, soulignant l’importance pour les Français des actions de cohésion sociale.

Télécharger l'étude CREDOC :
>> Des jeunes investis dans la vie de la cité

* Enquête CREDOC 2015, menée auprès de 2000 Français de plus de 18 ans, sélectionnées selon la méthode des quotas (région, taille d’agglomération âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle) ont été calculés d’après les résultats du dernier recensement général de la population).