Eline, 20 ans, en Service Civique à la Maison de l’Europe Le Mans-Sarthe

Publié le 21/06/2016

Agence du Service Civique : Que faisiez-vous avant de vous engager en Service Civique ?

Eline : Je suivais des études de droit mais j’ai pris conscience que ça n’était pas le domaine dans lequel j’avais envie de continuer, j’ai donc profité de l’opportunité qu’est le Service Civique pour entamer une transition.

Pourquoi avoir choisi d’effectuer la mission "Ambassadeurs Européens du Foot citoyen" ? Quelles sont vos motivations ?

Eline : Pas particulièrement passionnée par le football, mais tout de même intéressée, et encore plus aujourd’hui, je suis en revanche passionnée d’Europe et d’interculturalité. Cette mission était l’occasion de travailler sur ce domaine très vaste, de manière variée, car le Service Civique est une vraie occasion d’expérimenter. C’était aussi un challenge que d’appréhender l’Europe d’un nouveau point de vue, d’utiliser le foot comme un outil pour parler d’Europe, et finalement de faire ressortir le meilleur de cette rencontre entre Football et Europe assez improbable de premier abord pour moi.

Que faites-vous dans le cadre de votre mission ? Quelles sont vos activités ?

Eline : En intermédiation à la Maison de l’Europe Le Mans-Sarthe, j’ai la chance d’effectuer mon Service Civique dans une structure ouverte aux nouvelles idées et aux propositions. C’est un environnement très enrichissant pour un Service Civique.
J’ai commencé ma mission le 1er
mars, et depuis j’anime des Temps d’Activités Périscolaires, dans plusieurs écoles du Mans et de la Sarthe. Nous avons eu l’occasion d’intervenir dans des centres sociaux pendant les vacances scolaires, sur des tournois ou des journées "découverte du foot" organisées par diverses structures. Ces activités continuent pendant l’Euro2016 puisque je reste au Mans, pour faire vivre l’Euro dans une ville qui n’accueille pas la compétition. Outre les animations, je travaille à la confection d’une malette pédagogique sur le sport et l’Europe, qui pourra être réutilisée à volonté ! Nous organisons aussi une journée de grands jeux de plein air sur la thématique européenne, « Les Sablonnades Européennes » au Mans le 9 juillet, pour vivre le tournoi autrement. Les 29 juin et 6 juillet j’irai également proposer nos animations sur le parvis de l’Hôtel de Ville à Paris, pour animer le pavillon de l’Union Européenne.

Avez-vous une anecdote à partager ?

Eline : Lors d’une animation que nous avons organisé pendant un tournoi, nous avons proposé un memory des joueurs autour de leurs nationalités et des clubs européens dans lesquels ils jouent. C’était impressionnant de voir que les drapeaux et les pays n’avaient aucun secret pour les participants, tant ils étaient passionnés de foot et suivaient leurs joueurs de club en club. C’était un bon moment démontrant la pertinence de la mission.

Vous effectuez votre mission avec un autre volontaire. Qu’est-ce que cela vous apporte ?

Eline : Mon binôme et moi sommes très complémentaires, c’est vraiment intéressant. Abdou est fan de foot, mais l’Europe ça ne lui parlait pas trop avant le Service Civique. Moi c’est plutôt le contraire. A deux, on a trouvé le bon équilibre entre les deux thématiques, c’est plus facile comme ça de faire se rencontrer Foot et Europe. On apprend l’un de l’autre, ça enrichit nos animations et notre expérience sur la mission. Chacun travaille aussi de son côté selon les projets, notamment en ce moment car Abdou est présent dans les villes hôtes sur les Ambassades de supporters. C’est une belle liberté que nous avons d’être en binôme, mais également autonomes.

Avez-vous appris de nouvelles choses grâce à votre Service Civique ? Lesquelles ?

Eline : J’ai appris les noms des joueurs de l’Equipe de France !
Plus sérieusement, j’ai beaucoup appris sur le foot évidemment, mais pas seulement.
Ce n’est pas terminé, mais j’ai eu l’occasion pendant la mission d’approfondir sur l’animation, la gestion de projet, le travail en équipe, en autonomie. La Maison de l’Europe est une structure vraiment accueillante, j’ai la possibilité de participer également au fonctionnement quotidien de l’association, et je trouve ça génial car c’est une expérience formatrice et intéressante.

Après le Service Civique, que comptez-vous faire ? Le Service Civique vous a-t-il permis de mieux définir votre projet d’avenir ?

Eline : Mon Service Civique continue d’Aout à Décembre à la délégation de Concordia au Mans, l’aventure n’est pas encore terminée ! Je pense ensuite à candidater à l’Institut de l’Engagement, pour continuer de me former ou bien travailler dans le milieu associatif. Le projet de l’Institut me semble vraiment intéressant, et cohérent avec ma situation, j’ai envie d’y prendre part.
Dans mon parcours, le Service Civique tombait vraiment au bon moment, en pleine transition, cela m’a permis de mieux cerner ce que j’ai envie de faire de mes journées pour les années qui viennent !

Conseilleriez-vous à votre entourage de faire un Service Civique ?

Eline : L’expérience est tellement enrichissante pour moi que je conseille bien sûr le Service Civique. C’est une belle occasion de partage, de rencontres, d’expérimentation, de liberté aussi, car en tant que volontaire, on peut s’approprier sa mission et les possibilités sont infinies. Toutefois, ça n’est pas une décision qui se prend à la légère, c’est un véritable engagement à mon sens si l’on veut que l’expérience soit épanouissante, autant pour le volontaire que pour la structure d’accueil.

Retour à la liste des témoignages