Retours d'expérience : solidarité et réinvention des missions pendant le confinement

Publié le 10/04/2020

L’Agence du Service Civique a fait appel à sa communauté de volontaires pour avoir des retours d’expérience et des témoignages de jeunes sur leurs adaptations de missions de Service Civique face à la crise sanitaire. Quelle satisfaction de voir tous les efforts déployés par les jeunes, les tuteurs, les organismes pour adapter ces missions, trouver des outils et les mettre en œuvre pour continuer d’être utile à son échelle et conserver le lien social. Paradoxalement, chacun se doit de rester chez soi pour le bien commun, mais à distance grâce aux nouvelles technologies, les liens sociaux se renouvellent, s’approfondissent et s’enracinent.

Si nous devions classer les témoignages parvenus à l’Agence pendant ce mois de confinement, voici le résumé et le compte rendu que nous pourrions en tirer. Il y a plusieurs types d’adaptation de missions :

D’abord l’adaptation des missions vers des actions qu’on pourrait qualifier d'« essentielles à la solidarité ». Ces actions visent à apporter du soutien aux personnes âgées, isolées, et qui ont besoin d’être accompagnées au quotidien. C’est ainsi que des jeunes comme Alizée d’Unis-Cité ou Solée d’un Café associatif de Toulouse contribuent à jouer le rôle de transmission et d’intermédiaire entre les personnes âgées et les associations qui peuvent leur venir en aide.

Parmi les missions essentielles on trouve aussi le fait de venir en aide au plus démunis comme Camille et Elodie qui agissent pour la mission d’urgence « La Croix Rouge chez vous » afin de constituer des paniers solidaires et faire de la distribution alimentaire à ceux qui en ont besoin. Corentin d’Unis-Cité, qui s’est inscrit sur la Réserve Civique (jeveuxaider.gouv.fr) lui aussi est ravi de pouvoir effectuer des maraudes et aider les autres, il insiste « nous invitons en particulier les jeunes à trouver un sens solidaire à ce confinement, en se rendant utile de la manière qui leur est appropriée ».

Cette manière d’être utile, chacun se l’approprie, mais un point commun s'impose, la volonté de préserver le lien social. D’autres volontaires en Service Civique ont donc adapté leurs missions dans les écoles, au sein de radios associatives, ou d’associations en charge d’entretenir des communautés de volontaires afin de garder le contact. Comment ?

Nous pouvons parler d’associations comme le Rocher ou ADOSEN qui insistent sur l’accompagnement pédagogique des enfants à distance, qui organisent des interventions et aides aux devoirs par visioconférence. Eléa en mission dans un établissement auprès d’enfants en primaire à Angers maintient le lien avec les enfants via un canal plus ludique : au programme création de jeux pendant la semaine de la presse, et création d’un « journal de confinement ».

Beaucoup de jeunes en Service Civique ont aussi adapté leurs missions en faisant preuve de créativité, afin de créer des contenus ludiques et divertissants toujours pour interagir avec les autres, et garder une solidarité même confiné. C’est le cas de Jason de la MJC, il animait une radio associative pour les adolescents, et continue de remplir sa mission mais à distance en créant une « radio maison » dans son jardin, ou encore Clara de Pistes solidaires, qui crée une newsletter spécial confinement dans laquelle elle propose aux volontaires avec qui elle est en contact des activités à faire à la maison pour rendre cette période plus distrayante.

L’Agence du Service Civique est fière et remercie tous ces jeunes volontaires mais aussi leurs tuteurs et leurs organismes pour cette flexibilité et adaptation face à la crise. Les missions ont été réinventées toujours en gardant un esprit de solidarité, et c’est ce dont notre société a besoin en cette période. Si vous aussi vous voulez nous partager votre expérience, l’adaptation de votre mission en Service Civique ou bien d’autres actions que vous faites en parallèle pour aider autour de vous : écrivez nous à communication@service-civique.gouv.fr