Le Service Civique pleinement mobilisé dans la crise sanitaire du COVID-19

Publié le 02/04/2020

En 10 ans, plus de 435 000 jeunes issus de tous les horizons socioculturels et géographiques ont accompli une mission de Service Civique auprès d’un des 11 000 organismes à but non lucratif, structure associative ou secteur public, agrées par l’Agence du Service Civique. Ce sont plus de 300 millions d’heures placées au bénéfice de la citoyenneté et de l’intérêt général, en France en Europe et dans le monde.

La crise sanitaire que nous vivons actuellement ramène aux fondamentaux de la loi du Service Civique du 10 mars 2010. Depuis plusieurs semaines maintenant, les volontaires participent à relever les défis sociaux, sociétaux, environnementaux... auxquels la société est confrontée.

« Partout en France comme dans l’Est, région la plus durement touchée par le Covid-19, le Service Civique participe à l’élan de mobilisation citoyenne. » (L’Est Républicain, 31 mars 2020).

D’une part, l’Agence du Service Civique et l’ensemble de ses partenaires ont à cœur d’assurer la protection de l’ensemble des jeunes . Ainsi, les contrats d’engagement en cours sont maintenus pour l’ensemble des volontaires, et ce même si l’exercice effectif de la mission concernée est suspendu ou empêché. Les volontaires continuent ainsi de percevoir leurs indemnités d’engagement en Service Civique.

Partout en France, la réactivité et la créativité des volontaires du Service Civique et de leurs organismes d’accueil ont d’ores et déjà conduit à une forte mobilisation face à l’urgence de la crise sanitaire et ils exercent leur pouvoir d’être utile, à distance :

  • Education aux média et à l’utilisation des réseaux sociaux, sensibilisation aux fake news à l’heure où les informations explosent,
  • Missions liées au soutien à l’enseignement et à la continuité pédagogique des élèves : cours de langues étrangères, ateliers ludiques… dispensés à distance,
  • Soutien, notamment par téléphone, à nos ainés qui en ont tant besoin, envois de cartes postales numériques, jeux en ligne pour les personnes qui sont équipées…

D’autres agissent sur le terrain, dans le strict respect des conditions sanitaires, car ils sont bien sûr volontaires et leur sécurité sanitaire est garantie ; cela peut être le cas de la participation à l’aide alimentaire apportée aux plus démunis par exemple ou à certains services de secours

« J’ai découvert ma vocation. Cet engagement au service des plus démunis est une vraie révélation. La solidarité est encore plus nécessaire en cette période de crise ». Manon Chrétien, 20 ans, de Mandeure, […] assure depuis septembre, un service civique à la Banque alimentaire et à l’épicerie sociale de la cité mandubienné. (Est Républicain, 31 mars 2020).

Enfin, les jeunes volontaires du Service Civique peuvent, à titre personnel, comme n’importe quel citoyen entre 18 ans et moins de 70 ans, se mobiliser pour la Réserve Civique www.jeveuxaider.gouv.fr qui vient d’être mise en place par le Gouvernement. C’est le cas de Pauline, en mission de Service Civique à Pôle Emploi de Longuenesse (62), de Ritchard, actuellement en mission en service psycho-gériatrie à l’Hôpital Louis Mourier de Colombes (92) ou encore de Manuella, en mission en crèche associative à Paris (75) auprès des jeunes enfants de moins de 3 ans. Empêchés par le confinement de poursuivre leur Service Civique, ils ont choisi de rejoindre la Réserve Civique.

Les missions de Service Civique s’effectuent parmi 9 domaines d’action (Culture et loisirs, éducation pour tous, solidarité, environnement, sports, mémoire et citoyenneté, santé…), entre 6 et 12 mois. Elles sont indemnisées et accessibles à tous les jeunes de 16 à 25 ans, 30 ans pour les personnes en situation de handicap, . Les missions de la Réserve Civique sont ponctuelles, bénévoles et orientées autour de 6 actions dites vitales pour la Nation :

  1. aide alimentaire et d’urgence ;
  2. garde exceptionnelle d’enfants de soignants ou d’une structure de l’Aide Sociale à l’Enfance
  3. lien (téléphonique, visio, mail, etc.) avec les personnes fragiles isolées : personnes âgées, malades ou en situation de handicap
  4. solidarité de proximité : courses de produits essentiels pour les voisins (fragiles, isolés, handicapés).
  5. Soutien scolaire à distance : aider à distance les élèves à faire leurs devoirs.
  6. Fabrication et distribution d'équipements de protection grand public : participer à la confection d'équipements de protection grand public ou à leur distribution.

Ces formes d’engagement sont différentes, complémentaires, elles contribuent à répondre toutes à l’urgence sanitaire et sociale actuelle.